top of page
Rechercher

L'innocence du coeur


La vie nous amène à nous rendre compte que nous ne pouvons nous attacher à rien. Tout passe, les rêves, les désirs, les croyances, se transforment avec le temps. Les choses et les personnes qui nous procurent de l'amour et de la sécurité peuvent disparaître comme des nuages dans le ciel.

Nous sommes au fond amenés à accepter qu'il en soit ainsi, et à trouver en nous, ce que nous ne trouvons pas à "l'extérieur". Et plus tôt nous cessons de résister et de nous battre contre le changement, contre l'impermanence, plus vite nous arrêterons de souffrir inutilement.

Il y a une usure qui se fait, en chacun, au fil du temps.


Ce que la vie nous apprend, c'est à vivre depuis depuis l'espace toujours neuf de l'instant présent.

Cet espace est vide, il n'y a pas de mouvement. C'est l'espace de présence lui-même, l'espace d'attention, en amont de toute expérience qui est elle, changeante.

Cet espace, cette attention, est la seule "chose" qui ne change pas !


Et pour cela, le terrain du cœur est préparé, afin que celui-ci retrouve son innocence.

Afin que nous lâchions l'identification à l'apprit, la culture, les mots, l'arrogance du "je sais" pour nous ouvrir à l'innocence d'être, à la disponibilité du "je ne sais pas".


Le terrain du cœur est ainsi préparé pour que nous arrêtions un jour de danser autour du vide, que l'attention s'immobilise, qu'il ne reste plus que la conscience de l'instant.


On commence à ne plus fuir ce vide conscient en nous-mêmes, lorsque l'on accepte que tout bouge, tout change, que tout soit impermanent, que l'on ne contrôle rien; que l'on ne peut s'accrocher à rien, à aucune croyance. Et ça va. En acceptant que les choses nous échappent, nous nous retrouvons au centre du cyclone. Au cœur du moment présent. En ce cœur, tout mouvement a cessé.


Notre cœur pour cela, doit être ouvert à ce qui est à chaque instant, c'est à dire être capable de vivre sans aprioris, sans idée reçues, sans anticipations de ce qui viendra après et sans regrets de ce qui à été.




Comentarios


bottom of page