Rechercher

Se connecter à son intuition et au multidimensionnel


C'est un exercice à la fois actif, de présence, et passif, qui implique de recevoir, c'est à dire d'être un réceptable, un suppport sensible, pour l'information.

On s'efface pour être réceptif, le moi, n'interfère pas.

Nous sommes vécus. Ce n'est pas moi qui controle l'expérience, je la laisse se dérouler dans l'espace de conscience que je suis.


Ici on sort de l'imaginaire et des constructions mentales. On entre dans une autre dimension, bien plus large et bien plus réelle.


Faire fonctionner son intuition c'est passer par le coeur et par le ventre, les trippes, bref par les ressentis.


On pose l'intention d'écouter en dirigeant notre attention silencieuse vers le sujet d'observation. Comment est l'énergie de cette chose/personne? Contractée? ouverte? douce? sombre? lumineuse? faible? Puissante? Agréable, désagréable? Comment la ressent-on, en d'autre terme, notre corps (énergétique) pose les questions. L'information est alors recue de manière sensorielle. On peux voir (vue), sentir (odeur), ressentir (peau/toucher) ou encore entendre des messages, de façon "quantique", c'est à dire que la conscience est par nature non-locale, donc les informations reçues ne dépendent pas de notre position géographique, de la distance avec le sujet observé, ni même de quand l'information recue s'est déroulée.


Du point de vue de la conscience, tout est un, car tout est conscience. En elle exste l'information du tout, en un seul espace et un seul non-temps.


Ainsi, nous pouvons avoir accés au champs informationnel de tout l'univers, futur et passé, distant et proche. Il n'y a que notre esprit qui pose des limites en se croyant local et relatif. Mais la nature de l'information est non-locale, absolue, sans limite d'espace-temps.


Plus nous sommes présent et dans l'écoute plus nous avons accés à de dimensions, de perceptions, et à d'informations riches et complexes, "en temps réel" dans le champs informationnel de la conscience. L'intuition est un pont direct à ce champs informationnel, intemporel.


Notre façon à nous, humains, de capter de l'information non-locale (multidimensionnelle) est en connectant le non-local et le local. Nous passons par notre corps énergétique.


Il y a une perméabilité de notre part, et une intimité avec la personne ou la chose sur laquelle nous posons notre attention. Nous devenons ce miroir bien propre sur lequel le sujet d'observation va imprimer son image.

On laisse l'autre, ou la chose sur laquelle nous posons notre attention, être ce qu'elle est. Nous n'influençons pas, nous n'avons pas d'opinion, nous ne souhaitons pas la changer, alors elle se révèle à nous.

Bien sûre, il y a une intention parfois, un questionnement, qui nous fait nous orienter vers une information particulière. Mais pas toujours. Cette information est traitée de manière personnelle ensuite, ou quasi simultanément. Mais dans la réceptivité initiale, il y a un élément de passivité, nous ne sommes que le réceptacle de l'information.


Au coeur de l'écoute, il y a le présent.


Lorsque la tête seule est aux commandes, on est identifiés aux pensées, et on leur donne notre attention. Lorsque le coeur est aux commandes, c'est à dire le ressenti, et que la tête est alignée avec lui, notre attention est posée sur le présent, sur ce qui est, et qui doit être mis à jour à chaque micro instant.


Le voile des apparences tombe et nous avons soudainement accés à un champs d'informations tellement plus beau et plus vaste que ce que nos considérations mentales auraient jamais pu imaginer.


Dés que la tête reprend les commandes, c'est a dire qu'elle traite l'information, la juge, l'analyse, la compartimente, nous avons quitté le présent et le silence intérieur. L'information en temps réel, ne l'est plus, nous analysons alors a postériori ce qui est déjà obsolète.